50e Congrès CGT – Toulouse 18-22 mars 2013

Publié le 19 mars 2013

La CGT, toute en dbats

Ldito de Pierre Tartakowsky, rdacteur en chef du Peuple quotidien du congrs

Un grand dramaturge allemand expliquait, trs pince-sans-rire :  ?Parler est une habitude trs humaine. Et si les vaches parlaient, cen serait bientt fini de labattoir.? Les mots, de fait, ont cette singularit quils peuvent se transformer en force matrielle, nourrir dautres visions que les mornes dfaites quon nous propose comme seul horizon. Cest dire que dbattre nest pas perdre son temps mais sapproprier une perspective. Cest en tout cas la fonction des mots au sein du 50e Congrs de la CGT. Une CGT toute en dbats, telle quelle apparat lors de cette premire journe de confrontations autour de lactivit.

En toile de fond de cette prise de parole et de cette coute collectives, les marchs financiers, dabord. Leur ombre porte plane sur chaque situation voque, sur chaque conflit social, sur lavenir commun.

En second lieu et en contrepoint, tout aussi prsente : la critique. Comment sen tonner alors que le congrs se veut rendez-vous de bilan et de projection vers lavenir ?? La critique nest-elle pas le carburant mme dune pense renouvele au fil des expriences et des besoins ?? Enfin, cheminant avec elle, la rflexion sur les luttes, les conflits et engagements, les projets opposs aux logiques dominantes de marchandisation du travail, de prcarisation de lemploi, de dstabilisation des mcanismes de solidarit et de scurit que cet emploi alimente de faon solidaire.

Trois objets se mlangent dans ces dbats : un regard critique sur lactivit collective, sans sexonrer de ses propres responsabilits ni sous-estimer le poids de ladversit ; le rappel encore et toujours de la valeur sociale du travail et donc de la dfense, bec et ongles, de lemploi ? ; les responsabilits, enfin, de la CGT, dans un contexte difficile, pour tisser et retisser une approche partage permettant un  ?tous ensemble ? appel par chacun et permettant de plier le rel aux espoirs du monde du travail.

Laffaire, vrai dire, na rien de simple. Car la parole peut aussi tre mise au service de la culture du dsaccord ou du clivage, et lmotion, pour tre lgitime, ne fait pas automatiquement stratgie.

Ce moment de construction est donc dautant plus important que les enjeux dactualit sont brlants, quil sagisse de lemploi, de la protection sociale, de lavenir ? ; dautant plus important que le dbat public souffre des frustrations et dsillusions cres par les choix gouvernementaux qui peinent chacun est mme de le constater rompre avec les oukases asphyxiants des marchs.

Cest la fonction, le mrite et lenjeu du prsent congrs. Il lui revient de faire, jour aprs jour, la dmonstration quil est possible et sain de mettre la dmocratie au service des choix de solidarit et de progrs social. Au vu des changes dhier, cest bien parti.

Imprimer cette page - Faire connaître cette page par courriel

Le quotidien du Congrs

1 | 2