50e Congrès CGT – Toulouse 18-22 mars 2013

Le 50e Congrès Publié le 5 avril 2013

Séance internationale et européenne

Résolution sur la Palestine

Cette journée de mardi 19 mars, la deuxième du congrès aura été marquée par une séance internationale et européenne de quelques trois heures au cours desquelles plusieurs représentants des organisations syndicales ou du BIT qui avaient répondu à l’invitation de la CGT ont pris la parole.
Un temps fort de solidarité internationale marqué notamment par les témoignages souvent poignants de syndicalistes birman, iranien, ivoirien, palestinien, tunisien, japonais, brésilien, sénégalais, roumain et réunionnais.
A l’issue de cette séance, le congrès a adopté une résolution sur la Palestine dont voici le texte :

RESOLUTION PALESTINE – 50ème CONGRES DE LA CGT

Toulouse, le 19 mars 2013

Une délégation de la CGT conduite par le Secrétaire Général s’est rendue du 10 au 14 février en Palestine et en Israël.

La CGT se félicite de ce que l’Assemblée générale des Nations-Unies, dont la France, ait reconnu le statut d’Etat observateur à la Palestine, étape pour la reconnaissance d’un Etat palestinien souverain et indépendant. Cependant, malgré toutes les résolutions onusiennes adoptées, la communauté internationale laisse perdurer une situation intolérable pour la population palestinienne.

Depuis plus de 5 ans, les habitants de Gaza subissent un blocus terrestre, aérien et maritime insoutenable qui annihile toute perspective d’avenir pour la jeunesse palestinienne.

Les travailleurs de Palestine et notre partenaire syndical dans le pays, la Fédération générale palestinienne des syndicats (PGFTU), nous informent régulièrement des difficultés politiques, économiques et sociales générées par l’occupation de leurs territoires. Cette situation éloigne la perspective d’une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens et la réalisation effective de l’Etat palestinien.

Pour la CGT, ce sont toujours les travailleurs, quelles que soient leurs origines, qui sont les premières victimes des guerres et des situations de pauvreté qu’elles engendrent.

La CGT dénonce la poursuite de la colonisation par l’Etat israélien ainsi que l’accaparement des terres et des ressources palestiniennes qui se poursuivent à marche forcée.

Le nombre de colons a ainsi doublé depuis 1993 pour dépasser un demi-million tandis que, géographiquement, les colonies continuent à s’étendre pour rendre caduque la solution à deux États coexistant en toute sécurité.

La CGT poursuivra ses actions de solidarité et son engagement au côté des travailleurs palestiniens et de leur syndicat, la PGFTU. Elle continuera de favoriser et d’accompagner toutes les propositions de dialogue direct entre syndicalistes israéliens et palestiniens.

Les délégués des syndicats de la CGT réunis en congrès à Toulouse appellent l’ensemble des organisations à agir contre la colonisation israélienne en Cisjordanie, notamment en relayant l’appel intersyndical initié par la CGT, pour que les pays européens et l’Union Européenne prennent des mesures politiques et économiques concrètes ainsi que pour faire pression sur les firmes multinationales qui, par leurs activités économiques, se rendraient complices de la colonisation.

Imprimer cette page - Faire connaître cette page par courriel

La photothèque